Ajaccio, Bastia, Calvi, Propriano, Porto-Vecchio, et Île-Rousse sont des ports où l’arrivée sur un navire de la SNCM permet d’avoir sa première vision du littoral corse. Entre odeur du maquis, bandes de plages dorées et reliefs accidentés, tout est invitation à la découverte.

Sur 1.000 kilomètres, le littoral corse est l’un des joyaux de l’Île-de-Beauté, sur lequel veille le Conservatoire du littoral, pour éviter l’urbanisation de sites extraordinaires. Exemple significatif, en Corse-du-Sud, avec 30 kilomètres de côtes définitivement préservées entre Campomoro et Roccapina… Idem en Haute-Corse avec les 100 kilomètres de lagunes de la côte orientale, où les étangs sont sources de développement économique via la pêche et l’aquaculture.

Ces mesures de protection ne rendent pas le littoral corse inaccessible. Loin de là… Les amateurs de baignade et d’activités nautiques trouvent leur bonheur sur les plages corses. Des plus prisées – du côté de Porto-Vecchio, de Propriano ou de Calvi – aux criques les plus isolées, les joies de la mer sont au rendez-vous. S’y ajoutent, des excursions à ne pas manquer : visites des calanques de Piana, des îles Sanguinaires, du Cap Corse ou des falaises blanches de Bonifacio.

Enfin, le littoral corse ne peut se concevoir sans les villes et les villages qui s’y sont construits. Ce sont autant de haltes pour flâner et découvrir des quartiers, des ruelles… Sans oublier la possibilité de goûter à une gastronomie particulièrement succulente.